La norme ECE 22-05, c’est quoi ?

Pour qu’un casque soit homologué, il faut qu’un casque bénéficie de la norme ECE 22-05. Pour ce faire, le casque, pas cher ou hors de prix, bon marché ou collector, doit passer une multitude de tests et de contrôles. Ainsi, bien qu’homologué, un casque de chantier ne couvre pas cette règlementation… En effet, les éléments de protection destinés à l’utilisation d’un motocycle sont régis par le règlement numéro 22 dont la 5e révision est en cours. Cet accord international sur les « prescriptions uniformes relatives à l’homologation des casques de protection et de leurs écrans pour conducteurs et passagers de motocycles et de cyclomoteurs » est défini en Europe par l’UNECE, la commission européenne des Nations Unies. Ce règlement est plus connu sous le nom de norme ECE 22-05, ou règlement 22 amendement 4 ou amendement 5.

De ce fait, tout casque vendu à l’intérieur de l’Union Européenne doit donc répondre à cette norme ! Pour la France, la norme NF S 72.305 est toujours valide, mais n’est plus utilisée depuis 2002.

Comment identifier un casque homologué ?

Chaque modèle est censé être muni d’une homologation sur la jugulaire. Il s’agit d’une petite étiquette marquée du sigle E. L’étiquette peut être verte si elle répond à la norme française ou blanche pour la norme européenne. En dehors de ces deux couleurs, l’homologation n’est pas reconnue en France ! Pour une homologation européenne, l’étiquette est marquée d’un E et d’un numéro indiquant le pays d’où l’homologation provient. Il s’agit d’une façon de tracer les produits et d’éviter les failles dans la chaîne de distribution.

La série de chiffres située en dessous correspond au numéro d’homologation et est suivie d’un symbole permettant de connaitre le niveau d’homologation du casque. La mention « P » indique que la mentonnière a passé le test de résistance, dans le cas contraire on retrouve la mention « NP » pour « non-protective ». Le « J » correspond à ceux dépourvus de mentonnière comme les jets.

Le cas des modulables est particulier puisque tous ne sont pas homologués de la même façon ! Pour eux, il y en a une double, avec mentonnière baissée et relevée… Si seule la lettre « P » est notée, le casque n’est alors pas homologué lorsque la mentonnière est relevée. La double homologation jet et intégral est identifiée par la mention « P/J).

 

Quels sont les tests d’homologation ?

Pour bénéficier de la norme ECE 22-05, un casque passe par une multitude de tests et contrôles :

  • amortissement des chocs
  • angle de vision
  • résistance à l’abrasion
  • déformation à l’impact
  • qualité de l’écran
  • système de retenue

Le casque est testé avec sa visière. Puis, elle est elle-même testée au niveau de son champ de vision, de la transmission lumineuse, de la diffusion de la lumière, de la transmission spectrale, de la réfringence, de ses caractéristiques mécaniques, de ses qualités optiques, de sa résistance aux rayures ainsi que de l’angle d’ouverture de l’écran.

Cependant, plusieurs points du règlement sont régulièrement mis en cause quant à l’efficacité de cette norme… Ces tests peuvent être réalisés par des laboratoires publics et privés, et il n’y a pas de cadre bien précis. Donc, rien ne permet de savoir qui a réalisé l’homologation et les laboratoires privés ne sont pas contrôlés par les pouvoirs publics. On se retrouve ici dans un système identique à celui qui a débouché sur le dieselgate, à savoir des entreprises qui sont capables de créer des contre-mesures à leurs propres tests ! Ou, tout simplement, de modifier leurs paramètres de mesure pour assurer une homologation ! Les points de contrôles sont quant à eux scrupuleusement définis. Et, il n’est pas possible de tester d’autres zones qui pourraient sembler plus fragile.

Enfin, le plus gros problème réside dans la méthode de sélection des casques pour l’homologation… Un constructeur doit en effet fournir 7 casques pour essais toutes les 3.200 unités vendues. Cependant, c’est lui qui sélectionne les modèles qu’il souhaite. Les modèles testés ne sont donc pas prélevés au hasard et peuvent avoir été conçus différemment pour passer les tests. Encore une zone d’ombre à mettre sur le compte de la norme.

 

Le cas français de la norme

Pour ne pas faire comme tous les autres, la France a émis une contrainte supplémentaire. En plus du marquage européen, il faut que le casque soit muni de bandes réfléchissantes. Ainsi, tout casque vendu en France est accompagné de quatre stickers réfléchissants devant être apposés sur le devant, à l’arrière et sur les côtés.

Ces autocollants sont obligatoirement et gratuitement fournis par le vendeur qui peut les apposer à la demande de l’acheteur. Ou laisser l’acheteur les apposer lui-même suivant son gabarit, sa position de conduite, etc. dans une configuration optimale. Bien que très répandu, le non-port de ces autocollants est reconnu comme une infraction. Sans ces petites bandes, le casque n’est en effet pas considéré comme homologué par les autorités françaises ; même si, une fois passé la frontière, vous n’aurez aucun souci avec les forces de l’ordre. Son propriétaire peut ainsi écoper d’une amende forfaitaire de 90 euros et perdre trois points sur son permis sur les routes de France.

 

9 Comments

  1. Pingback: Gants moto : tissu ou cuir ? Y-a-t-il un bon choix ?

  2. Pingback: Les 20 meilleurs casques moto du moment par Certimoov - LE MOTARD

  3. Pingback: Top 10 des idées cadeaux pour un motard

  4. Pingback: Top 5 de l’équipement motard pour l’hiver : tout ce qu’il faut avoir

  5. Bonjour,

    le texte : https://www.unece.org/fileadmin/DAM/trans/main/wp29/wp29regs/r022r4f.pdf

    C’est pas vraiment une loi… il y a beaucoup d’amalgame sur la ece 22/05 et le simple fait d’ajouter « CE » fait croire que ça vient de l’union européenne. les fondements proviennent de l’ONU via un règlement que beaucoup de pays ont intégré dans leur législation. en europe, c’est passé par le biais de l’UE avant d’arriver dans les lois nationales.

  6. Mon casque a cette norme indiquée et non CE qui apparement serait obligatoire pour le permis. dois je changer de casque ou bien il serait accepté ? car niveau budget je ne peux pas me permettre de m’en racheter un !! merci pour vos réponses!!

  7. Bonjour, la certification Ce indique que le produit peut etre vendu dans l union européenne, pas qu il est produit dans l union européenne. L onu, n a pas grand chose à voir la -dedans. Enfin, avant l union européenne, chaque pays avait ses propres normes (d’ou des différences), la norme ECE deviens applicable dans chaque pays faisant partie de la communauté européenne, les producteurs ne doivent plus appliquer 27 reglements mais un seuL

  8. Des autocollants qui ne sont pas bons pour le casque
    La France tout et son contraire.
    Franchement 3 points ???
    C’est abusif par contre les claquettes sont autorisées 🙈

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *