BMW : histoire de la marque

BMW Motorrad tire ses origines dans la marque du même nom. Il s’agit en fait d’un département du groupe dont l’histoire débute en 1923. L’occupation première n’est d’ailleurs pas axée sur les véhicules, mais sur la construction de moteurs d’avion. Un peu à l’instar de Rolls-Royce, en fait. La firme participera d’ailleurs à l’effort de guerre. Une guerre perdue qui force l’entreprise à se reconvertir…. Dans les voitures et les motos de façon permanente.

Car les motos BMW, elles, elles existent depuis 1923 avec le célèbre flat-twin. Un modèle qui séduit d’ailleurs malgré un prix élevé. La marque participe d’ailleurs à de nombreuses courses, gagne des records de vitesse, etc. La marque est donc une fierté nationale dont la qualité de fabrication n’est plus à démontrer.

Ce n’est qu’à partir de 1948 que la marque est autorisée à redémarrer sa production, suite à une interdiction liée à la fin de la guerre. Le premier modèle à être produit est un mono de 250 cm³ nommé R24. Succès immédiat aussi bien dans le pays qu’à l’international. S’en suit la R25, proposée dès l’année suivante. Produite jusqu’en 1955, elle détient encore aujourd’hui le record du modèle le plus vendu par la marque.

Le flat-twin refait surface en 1951 avec le modèle R51/3 et restera jusqu’en 1969. Durant toute cette période, les motos gagnent en performance et BMW fait tout pour concurrencer les Anglaises… Triumph, Thruxton et consorts que tout le monde envie. On voit donc des modèles plus sportifs voir le jour avec une vitesse max de 160 km/h.

Le flat twin est l’architecture de prédilection de BMW

L’explosion du flat-twin dans les années 70

Le flat-twin s’impose définitivement comme marque de fabrique durant les années 70. Déjà avec la sortie de la série 5 en 1969, puis de la série 6 en 1973. Toutes les motos disposent du flat ainsi que d’une nouvelle fourche télescopique et des performances haut de gamme pour l’époque. En 1976, BMW monte pour la première fois un moteur 1000 cm³ en flat et produit la série 7 en trois cylindres.

De nombreux autres modèles voient le jour comme, par exemple, une gamme trail et tout-terrain. On y vit d’ailleurs le twin en flat y faire apparition également. Mais ce n’est pas tout. La marque dispose également de monocylindre et de 4 cylindres sur des modèles un peu plus sportifs. Tout comme certaines options qui apparaissent régulièrement au catalogue.

Par contre, ce n’est qu’en 1992 qu’une nouvelle architecture flat est pensée avec une injection électronique et 4 soupapes par cylindre. C’est également à cette même période que la marque passe à la suspension Telelever et l’amortisseur Paralever. Avec ABS en option. C’est le début des motos BMW modernes. Et aussi de leur prix élevé qui n’a jamais vraiment fait l’objet de compromis par la firme.

Car oui, chez BMW, Deutsche Qualität, le prix est élevé et s’adresse à un public averti. Ici, pas de modèle d’entrée de gamme ou à prix cassé pour attirer un certain public. Et surtout, la page des options fait monter encore davantage les prix. A noter tout de même que depuis peu, BMW sous-traite une partie de sa production de moteurs chez Loncin (qui produit Voge également), en Chine.