Kymco : histoire de la marque

A l’origine, Kymco est loin d’être un constructeur automobile. Il s’agit plutôt d’un sous-traitant de Honda qui a vu l’opportunité de monter en gamme en proposant des scooters directement inspirés des marques japonaises.

Les origines de Kymco

Kymco est une entreprise taïwanaise créé en 1963. Son activité principale, pendant des décennies, c’est de fournir des pièces détachées à Honda en tant que sous-traitant.

La firme va, bien sûr, proposer des modèles au fil des années, dans des exercices de style et des concepts.

Mais ce n’est que dans les années 90 que Kymco va réellement devenir une marque de scooter à part entière. Et, dans le même temps, arrêter de fabriquer des véhicules badgés Honda.

A l’époque, Kymco possède une maîtrise excellente de la fabrication, un peu moins de la création, mais elle manque surtout cruellement d’une image de marque. Totalement absente, il va de soi…

Kymco est passé de sous-traitant Honda à constructeur à part entière

La création de la gamme

A partir de 1996, elle va s’installer en Europe et desservir le marché européen qui est un des plus gros débouchés. Les débuts se limitent à un seul modèle, le Jockey.

Peu cher, pratique, maniable et très concurrentiel, il a tôt fait de cocnquérir une bonne part du public. C’est un best-seller.

Dans les années qui suivent, Kymco diversifie sa gamme avec de nouveaux modèles (Candy, People, Agility), mais aussi diverses cylindrées pour répondre aux besoins. L’entreprise va même se lancer dans les quads, avec un 125 cc assez sympathique.

A ce jour, Kymco détient une part importante du marché du scooter, qu’il partage avec d’autres grands groupes comme Piaggio. Le catalogue de la marque comprend une quarantaine de modèles, toutes gammes et cylindrées confondues. Une offre qui permet de brosser l’ensemble du marché depuis le petit 49cc jusqu’au maxi-scooter, le MyRoad 700i sorti en 2012.