Triumph: histoire de la marque

Triumph, c’est une longue histoire qui remonte aux années 1885, aussi loin que ça. A l’époque bien sûr, la marque se contente de vendre des vélos. Mais la première moto arrive dès 1902 avec un moteur Minerva attaché au cadre du cycle. La première vraie Triumph, la All Britain date de 1905 quand un ingénieur allemand développe un nouveau moteur monté lui aussi sur un vélo.

Mais Triumph connait une véritable explosion de sa production avec la guerre et le besoin de supporter l’effort de guerre. Par exemple, la Trusty est fabriquée en 57.000 jusqu’en 1923 et 3.000 modèles H sortent des usines en direction du front. Et cette production importante perdure jusqu’en 1929 avec près de 30.000 unités vendues chaque année. La marque fera faillite en 1935 suite à quelques mauvais choix (une branche auto, une mauvaise gestion) couplés à une économie tournant au ralenti.

C’est alors qu’Ariel rachète Triumph. La gamme est complètement revisitée, de nouveaux modèles sortent avec un moteur convoité de tous : le Speed Twin. Le succès est à nouveau au rendez-vous. La guerre ralentira les choses, mais l’aura des vainqueurs est au-dessus de la marque et elle parvient à s’exporter très bien.

triumph histoire marque
Triumph a connu beaucoup de succès à partir de 1949

L’après-guerre

Après la guerre, la demande en motos est très forte. Triumph passe à l’international et a un très bon accueil. En particulier aux Etats-Unis où Indian et Harley ne parviennent pas à répondre à la demande. C’est là que naît la Thunderbird. En 1950, 70 % des motos produites sont vendues aux USA, mais ce n’est pas le seul marché en demande. Qui plus est, la marque bénéficie d’un film : L’équipée sauvage avec Marlon Brando. La Triumph devient hype.

C’est l’âge d’or de la marque qui trône littéralement au-dessus des autres. Et cela durera durant toutes les années 1960. Jusqu’à l’arrivée des Japonaises qui font fortes concurrence. Et qui plonge la marque dans le tourment. BSA plonge en 1972 et porte un coup dur à la marque. Le groupe est vendu, racheté, revendu jusqu’en 1983 où il n’y a plus d’argent pour produire.

C’est là que vient Hinckley, qui rachète la marque et lui rend ses lettres de noblesse avec un nouveau moteur, le 3 cylindres qu’on connait aujourd’hui.

Les nouvelles Triumph

Triumph revient sur la scène moto en 1990 avec sa Trident et sa GT Trophy. Certains modèles mythiques sont revisités comme la Bonneville de 800 cc qui renaît en 2001. Mais c’est aussi l’heure de créer des roadsters, vifs et agressifs, mais qui possèdent la maniabilité des Triumph. Puis viennent les gros monstres comme la Rocket 3, censée concurrencer les gros cubes américains. Tout cela permet à Triumph de retrouver une clientèle fidèle et de pouvoir s’installer comme l’une des marque les plus importantes en Europe.

One Comment

  1. Pingback: Triumph Speed Triple 1200 RS : présentation, fiche technique, prix

Comments are closed.