Moto hybride : rêve ou réalité ?

On sait que l’hybridation des véhicules roulants est une réalité. Pour les voitures, cela est quasi systématique. Mais les constructeurs de moto peinent à implémenter ce système dans la motorisation. Pour plusieurs raisons, notamment techniques, mais aussi de budget à investir dans une R&D qui n’est pas forcément à la portée de tous.

Qu’est-ce qu’une moto hybride ?

Un véhicule hybride est un véhicule qui possède une double motorisation. Donc deux moteurs. Le premier est un moteur thermique, conventionnel. Il fonctionne à l’essence (ou au diesel sur une voiture). Le second moteur est généralement électrique.

L’hybridation du véhicule a pour but de donner une plage d’utilisation pour chacun des deux moteurs. Par exemple, l’un à grande vitesse, l’autre au ralenti. Un lien peut s’effectuer entre les deux moteurs avec, par exemple, une recharge passive par récupération d’énergie.

Si ce type de motorisation est fréquent pour les voitures, il ne l’est pas pour les motos, l’espace n’étant pas suffisant.

La moto hybride implique de repenser le moteur thermique principal

Les motos hybrides, ça existe vraiment ?

Alors oui, elles existent vraiment. Même si elles sont très rares… En particulier sous nos latitudes. Par contre, certaines grandes villes encouragent, voire imposent, leur utilisation. Car cela permet de réduire la pollution dans une certaine mesure. Une fois sur un parcours citadin, on est comme avec l’utilisation d’une moto électrique ou d’un scooter électrique.

Cependant, on trouve peu de modèles hybrides sur le marché. Plusieurs constructeurs s’y sont essayés, mais peu ont persévéré. La raison est simple. On manque de place sur une moto pour caser un second moteur. Une seconde problématique fait jour quant au prix de ce type de véhicule et d’un manque de débouché sur le marché.

La moto hybride, ce qu’on aime

Ce qu’on aime avec une moto hybride, c’est qu’elle est plus « écolo », du moins on a l’impression qu’elle respecte plus son environnement. Moins de gaz d’échappement, mais aussi moins de bruits pour les autres usagers et les riverains. On parle souvent de l’électrique et du manque de sonorité de ce type de moteur, mais rouler dans le calme procure aussi de nombreuses sensations !

La diminution de bruit permet aussi de percevoir d’autres sons et alertes qui sont généralement couverts par le vacarme du moteur.

A cela s’ajoute la consommation de carburant qui est réduite. Ce n’est pas énorme, mais le différence est tout de même sensible.

De plus, on a moins de limitation au niveau de l’autonomie qu’avec une moto électrique. Cela en rassurera plus d’un.

Enfin, c’est un type de motorisation tourné vers l’avenir, ce qu’on doit encourager. Souvent, le marché de la moto est à la traîne par rapport au marché automobile.

La moto hybride, ce qu’on aime moins

Tout d’abord, il y a le manque de modèles disponibles. Ils se comptent sur les doigts de la main. La raison principale à cela est le fait que les constructeurs n’ont pas investi le créneau.

Forcément, les quelques modèles restants ont un coût exorbitant, ou du moins qui freine de façon importante l’envie de les acheter. Surtout que le gouvernement n’offre aucune prime à l’achat ou subvention pour réduire le prix d’acquisition.

De plus, ce que l’on peut considérer comme un avantage peut aussi être vu comme un défaut. C’est le cas du bruit moteur. Absent à basse vitesse, il en attristera plus d’un.